Swipe to the left

Rénovation d'une maison des années 60

Rénovation d'une maison des années 60
Par econology 12 novembre 2012 8350 vues 2 commentaires

Jerome Samson et sa compagne ont tous deux décidé de rénover une maison des années 60 et ont souhaité partager leur expérience sur le blog Econology.

Après l'isolation, le "traitement de l'air"

Ma compagne et moi avons acquis à l'été 2011 une maison construite en 1967. Autant dire une maison "d'avant"... Avant : les deux chocs pétroliers, la prise de conscience écologique, les RT (réglementations thermiques), le Grenelle de l'Environnement.

Lors de la prospection pour l'achat, l'un de nos critères était : "pas de travaux"... mais la maison, son environnement, son beau jardin plein sud nous ont séduit, et on s'est embarqué dans cette aventure.

 

Côté structure :

La maison est très saine : un grand rectangle de 8x9m avec garage de 8x3 attenant, construction en brique alvéolaire de 26cm, avec mur de refend soutenant les planchers (poutrelles béton, entrevous terre cuite) en bloc béton de 20cm.

Bref du costaud, et qui n'avait pas bougé en près de 50 ans, donc a priori à l'épreuve du temps.

Côté soubassement :

La moitié sud est sur vide sanitaire (40cm seulement d'après les plans) et la moitié nord sur terre plein. La maison, dans le Val d'Oise, est élevée sur R+1+combles, avec toiture simple pente à faible pente (16° / 28%). Larges baies vitrées côté sud, petites fenêtres des WC à l'Ouest, fenêtres cuisine et salle de bain côté nord...

 

A la découverte des notions récentes de confort :

Nous n'avions tout deux que très peu de connaissances en performances thermiques, mais de solides bases de bricolage, et l'envie d'en savoir plus. Le gabarit des radiateurs en fonte et du système de chauffage central (tout apparent) avec son énorme chaudière fuel, nous a tout de suite mis la puce à l'oreille sur le confort de cette maison... Radiateurs brûlants, mais sensation de froid très probables...

Le diagnostic de performance énergétique, à près de 450kWh/m², sur 150m², laisse entrevoir une consommation de l'ordre 70MWh par an... Gloups... même avec un programmateur et des robinets thermostatiques, la facture et l'empreinte énergétique/CO2 de cette maison va être impressionnante...

Nous avons très vite identifié que cette maison se prêterait très bien à une rénovation moderne, avec isolation par l'extérieur et bardage de protection en bois. 14 cm de laine de roche (20cm sur la façade est sans ouvertures) avec un R>5, devraient nous apporter une grande amélioration de ce côté là.

Deuxième poste, l'isolation de la toiture : 20cm de laine de roche + bac acier sandwich (R total >7) devraient bien convenir. Enfin, changement de toutes les menuiseries, placées au nu extérieur de la maçonnerie, et on a traité l'essentiel.

Côté sol :

On verra plus tard si on trouve une solution élégante pour isoler la sous face du vide sanitaire, mais avec 40cm de hauteur, ça va être difficile d'aller coller en sous-face du polystyrène ou de la mousse de polyuréthane...

Le "traitement de l'air" :

C'est à peu près à ce moment là qu'on s'est posé la question : avec toute cette isolation, avons nous toujours besoin d'un système de chauffage central qui sera maintenant surdimensionné ?

Retour sur internet, à la recherche d'un outil simple d'évaluation de la performance thermique. Nous en trouvons plusieurs, qui convergent tous vers un besoin de chauffage maximum de l'ordre de 8 à 10kW. Les 14 radiateurs à eau de 3 à 4 kW chacun sont donc un peu de trop... Et madame qui rêvait de faire disparaître ces tuyaux monstrueux, ces radiateurs qui prenaient la place des futures commodes, et de transformer la chaufferie en 2e salle de bain ... Hop ! Quelques coups de disqueuse plus tard, tuyaux et radiateurs sont retirés... la maison a tout de suite un autre aspect.

Et alors comment allez vous vous chauffer, si vous retirez le chauffage central ? :

Dès le départ, nous souhaitions avoir une maison saine, avec une ventilation qui apporte un confort dans toutes les pièces, y compris les chambres, ce qui nous manque actuellement dans notre appartement des années 70.

Nous avons donc choisi de faire reposer l'essentiel de la diffusion et du maintien de la chaleur dans la maison sur un système de VMC double flux à haut rendement. Nous avons la chance, dans notre maison en rénovation totale, de disposer d'un vaste comble dont une partie est non aménageable : c'est là que sera la centrale de ventilation, et juste en dessous, nous allons créer une colonne technique avec deux gaines (montante/descendante) de ventilation, qui desservira toutes les pièces via des faux plafond dans les couloirs de distribution.

Le circuit, qui au départ, avant de faire des plans précis, nous semblait très complexe, se simplifie énormément, à tel point que pour desservir une maison de 5 chambres, 150m², sur deux niveaux plus combles, nous ne devrons pas poser des kilomètres de gaine... et la plupart seront facilement accessibles via une porte de visite dans la colonne technique... Ouf ça s'éclaircit !

Oui, c'est bien de distribuer la chaleur avec une VMC double flux à haut rendement, mais ça ne chauffe toujours pas...

C'est tout à fait exact, la VMC en tant que telle, n'a pas vocation à chauffer, mais à répartir la chaleur... C'est là que nous avons cogité. Finalement, la source principale de chaleur sera un poêle à granulés de bois, placé au centre de la maison. Là où nous allons innover, c'est que ce poêle, dont plus de 60% de la puissance peut être détournée vers un circuit de distribution d'air chaud... et pas question de créer deux circuits (VMC + Poêle) indépendant, qui n'auraient fait que se contrebalancer l'un l'autre.

Nous allons "pirater" le circuit d'insufflation de la VMC : en période de chauffe, l'air frais en sortie de la VMC ne sera pas directement injecté dans le réseau d'insufflation, il sera d'abord réchauffé par le poêle. Cette solution s'apparentera donc aux solutions de réchauffage par batterie électrique de chauffage en gaine. La seule différence, c'est que la puissance émise par le poêle sera d'un autre ordre de grandeur, et donc nécessitera un réseau d'insufflation isolé, résistant à la chaleur et avec une ventilation de forçage supplémentaire, pour compenser les pertes de charges lors du réchauffage de l'air dans l'échangeur du poêle.

L'autre avantage, c'est que l'empreinte CO2 du poêle à pellets est bien meilleur que celui d'une batterie électrique de chauffage en gaine. En complément du poêle, nous avons finalement fait le choix de ne pas prendre une VMC thermodynamique (qui aurait pu nous apporter environ 3,5kW de puissance de chauffe avec un COP de 3 à 4), très coûteuse, mais nous installerons certainement quelques radiateurs électriques (COP de 1 !).

L'argument qui a le plus pesé dans la balance : les centrales VMC thermodynamique n'intègrent le plus souvent pas d'échangeur passif, ou seulement un échangeur passif à faible rendement (60%). Ceci signifie qu'en plus de la consommation des ventilateurs, pour que l'effet "double flux" ait lieu, dans une VMC thermodynamique, il faut nécessairement que la pompe à chaleur tourne en permanence, alors que dans une VMC double flux "passive" à haut rendement (>90%), l'effet "double flux" est gratuit. Je n'ai pas fait le calcul de rentabilité énergétique/économique approfondi, mais je pense qu'avec le climat somme toute assez tempéré du Val d'Oise, la VMC passive serait gagnante, d'autant plus que la complexité supplémentaire liée à la présence de la pompe à chaleur dans la VMC thermodynamique, engendrerait nécessairement plus de pannes, de maintenance préventive / corrective. Bref, restons dans la simplicité ! Pour toutes ces décisions, nous avons pris de nombreux contacts, mais c'est sûr que l'expertise du bureau d'étude d'Econology a été clé dans notre choix final : merci à eux !

En conclusion, nous sommes maintenant assez sûrs - sur le papier tout du moins - de notre solution alliant isolation performante et chauffage / répartition de la chaleur... mais comme dit l'adage, c'est à la fin de l'hiver que l'on compte les pulls... On verra bien quel sera le résultat de tous ces travaux sur le confort intérieur. Nous prévoyons d'installer la VMC et le poêle en octobre/novembre, et d'emménager en décembre, après la fin des travaux d'isolation. Dans le cadre de cette rénovation, la maison sera équipée de capteurs de température, d'hygrométrie, de puissance électrique et thermique absorbée : bilan à la fin de l'hiver, je vous promets courbes, photos, et interviews des occupants sur le confort ressenti !

Liste des éléments retenus :

- VMC double flux Helios KWL EC/ET 370 (fournie par Econology). L'autre finaliste était le système Double flux thermodynamique Nilan VPL 15.

- Gaines GALVA / alu diamètre 160/125 (fournis par Econology)

- Poêle à granulés MCZ Athos Multi Air

- Conduit double enveloppe Poujoulat PGI 80/130

- Ventilateur air chaud Poujoulat Extra 501

- Isolation par l'extérieur : RockWool RockFacade 140mm

- Isolation de la toiture : BacAcier avec mousse PU 50mm + RockWool EasyRock Kraft 200mm

- Menuiseries aluminium à double rupture de pont thermique, isolation thermique renforcée K-Line

- Velux Tout Confort

- Eau chaude sanitaire par ballon accumulateur traditionnel.

En images :

La suppression du chauffage central permet aussi de supprimer la cheminée en brique de la chaudière, gain de place appréciable dans la future cuisine ! C'est ça aussi les avantages d'une maison bien isolée !

Le poêle à granulés et l'insufflation de la VMC seront placés au centre du grand séjour / cuisine ouverte (à droite), pour diffuser et rayonner une douce chaleur...

Niveau zéro d'isolation des combles : rien au sol, rien en toiture (fibrociment, R = 0)

Les radiateurs et le circuit de chauffage central apparent

Jerome Samson

Maxime 8 décembre 2017 à 11:09
Lorsque vous rénovez une maison ancienne, réfléchissez bien avant de vous débarrasser de l'ancien système de chauffage. En effet, le fuel et le gaz sont plus adaptés aux grandes maisons pas très bien isolées que l'électricité !
boissel 8 décembre 2017 à 11:09
Bonjour,

Etes- vous satisfaits de vos choix ?

Cordialement
A Boissel

Veuillez patienter...

  En cours de chargement...