Swipe to the left

Fonctionnement d'une VMC simple flux hygroréglable et autoréglable

Fonctionnement d'une VMC simple flux hygroréglable et autoréglable
Par econology 24 avril 2014 19382 vues 4 commentaires

Une VMC peut être hygroréglable, c'est-à-dire qu’elle ajuste le débit d’air renouvelé en fonction du niveau d’humidité ambiante, principalement pour des raisons d’économie d’énergie, soit autoréglable, avec un débit de renouvellement d’air constant. Le système est constitué d’un ventilateur, relié par des gaines à des bouches d’extraction situées dans les pièces où la pollution de l’air est plus importante : cuisine, SDB, WC.

Ainsi, un système VMC hygroréglable fonctionne de pair avec des bouches également dites hygroréglables. Idem pour les systèmes autoréglables, dont le ventilateur doit être raccordé à des bouches autoréglables.

VMC HYGROREGLABLE

hygrolix-schema-maison-2011-485x330-atlantic

 Une bouche d’extraction hygroréglable (aussi appelée hygro) signifie qu’elle régule le débit d’air qu’elle extrait selon le degré d’hygrométrie (humidité) de l’air ambiant, laissant passer plus ou moins d’air par l’ouverture d’un clapet.

Cette ouverture est commandée par une languette papier sensible au taux d’hygrométrie, qui s’étire selon le niveau d’humidité dans l’air ambiant. Lorsque le niveau d’humidité augmente, les bouches s’ouvrent donc pour extraire un débit d’air plus important. Cette ouverture provoque une baisse de la dépression, interprétée par le ventilateur (à l’aide du nombre de tour/min et de l’intensité), qui est réglé pour maintenir une dépression à peu près constante. Celui-ci accélère donc pour corriger la baisse de dépression et augmente ainsi le débit d’extraction de la pièce d’où provient la production d’humidité.

En plus de cette plage de débit régulée par une languette (dit débit nominal), les bouches hygro offrent une position grand débit, commandée manuellement soit par un bouton poussoir, une cordelette ou un détecteur de présence.

Cette plage de débit complémentaire est nécessaire dans les moments où la production d’air pollué est plus importante (fonctionnement d’une poêle, douche, présence dans les WC…) Elle est ainsi actionnée aux moments adéquats.

Format de bouche d'extraction très courant Bouche d'extraction Alizée

VMC AUTOREGLABLE

Une VMC autoréglable est ce qui se fait de plus simple en matière de ventilation mécanique contrôlée. Elle est paramétrée au départ pour se caler sur un débit d’air constant, et ne prend pas en compte le niveau d’humidité. Elle se relie à des bouches également dites autoréglables, calibrées à l’installation pour laisser passer un débit d’air constant.

La seule variation que permet un système autoréglable est l’ouverture du grand débit en cuisine par un bouton poussoir relié à la machine et permet la commande directe de la grande vitesse du ventilateur

Pour synthétiser :

La VMC hygro se régule avec la pression. Lorsqu’il y a production d’humidité, la bouche s’ouvre, provoque une baisse de pression et le ventilateur tourne plus vite pour compenser.

La VMC auto se régule avec le débit d’air. On y fixe un débit de base, et elle s’y tient constamment.

L’inconvénient principal d’une VMC est la déperdition d’énergie. En effet, en amenant l’air neuf de l’extérieur, la VMC rafraichit la température ambiante et augmente ainsi la consommation en chauffage. Les systèmes hygroréglables limitent donc les déperditions (et par la même occasion la consommation en électricité) par rapport aux systèmes autoréglables, dont le fonctionnement est fixe. Le débit moyen annuel d’une hygro est environ 20 % inférieur à celui d’une auto. Ce pourcentage se répercute sur la ventilation et sur la consommation en électricité du moto-ventilateur.

Pour réduire ses dépenses tout en conservant une qualité d’air optimale au quotidien, il existe des solutions plus évoluées telles que les VMC double flux.

trebuchon 8 décembre 2017 à 12:09
Ma vmc est simple flux autoréglable , si j'installe une vmc simple flux hygroréglable les bouches d'entrée qui se situent sur mes fenètres peuvent-elles étre conservées pour y installer les bouches hydroréglables ou doivent-elles etre positionner sur le mur
Econology 8 décembre 2017 à 12:09
Bonjour Madame,
Pour rappel, si vous passez d'une auto à une hygro vous devez changer les entrées d'air (ce que vous appelez bouche d'entrée) mais aussi les bouches d'extraction. Car la régulation hygro provient des bouches. Concernant les entrées d'air, en théorie si vous passez sur une installation hygro, vous devez prendre des entrées d'air autoréglables si vous installer un kit de type hygro A et hygroréglable si vous installez un kit hygro B (oui, il y a beaucoup de données...). En pratique, ce ne sera pas un vrai problème si vous conservez vos entrées d'air d'origine. Pour info, les entrées d'air sont sur les fenêtres et les bouche d'extraction sur les murs ou au plafond des pièces sanitaires.
Cordialement.
M VINCENT TASSEL 9 juillet 2018 à 19:32
Merci pour vos explications de fonctionnement qui sont les meilleures de celles que j'ai pu trouver jusqu'à présent.
Sur les bouches hydroréglables, il y a des piles. Pouvez vous me dire leur fonction, car, d'après vos explications, ces l'ouverture des volets de ces bouches doit s'auto réguler en fonction de l'hydromètrie agissant sur le textile.
Merci
Service Econology 12 juillet 2018 à 15:16
Bonjour Monsieur,
Merci pour votre remarque. Les piles sont présents sur les bouches cuisines et WC car celles-ci nécessitent la présence d'une position grand débit. C'est cette fonction qu'il faut alimenter. Les bouches SDB en sont dépourvues car elles n'ont pas de grand débit à ouvrir manuellement, seulement une plage d'autorégulation. (Attention ce n'est pas hydro mais hygro :)
Cordialement

Veuillez patienter...

  En cours de chargement...