Swipe to the left

COP 21 : Les points essentiels à retenir

COP 21 : Les points essentiels à retenir
Par econology 27 janvier 2016 563 vues Pas de commentaires

On en a déjà beaucoup parlé dans les médias de cette fameuse COP21, qui s'est tenue au Parc des expositions de Paris-Le Bourget, le 30 novembre au 12 décembre dernier. Mais au fait, de quoi s'agissait-il et que faudrait-il en retenir ? La 21ème Conference Of Parties avait réuni 195 pays signataires de la CCNUCC (Convention-Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques). Elle a notamment pour objectif de limiter à 2°C l’augmentation de la température moyenne à la surface du globe en l’an 2100.

La COP21, un énorme tournant dans lutte contre le réchauffement climatique

Si la 21e conférence des parties a autant fait parler d'elle, c’est parce qu’il devenait urgent d'adopter un nouveau cadre de règlementation internationale, toujours dans l'optique de réduire l'émission des gaz à effet de serre. Le protocole de Kyoto arrivant à échéance en 2020, il fallait réagir rapidement. De plus, concernant celui-ci :

  • seul l'Europe a su tenir ses engagements,
  • ces engagements sont aujourd’hui considérés comme trop faibles pour répondre aux enjeux climatiques,
  • les pays très émetteurs, à l'image de la Chine qui est pourtant 1er émetteur mondial, ne s'y étaient pas engagés.

Dans le cadre de sa préparation, et en accord à ce que prévoyaient les COP19 et COP20 de Varsovie et de Lima, les 195 États participant à cette conférence devaient rendre publique une contribution qui présente les décisions prises à l’échelle nationale. Ces contributions traduisent à ce stade des intentions, et non des engagements. On parle d’« INDC » ou Intented Nationally Determined Contributions. Celles-ci visent également à adapter les conditions de vie des citoyens aux changements climatiques actuels ou futurs.

Les enjeux de la COP21

La COP21 a notamment fait naitre l'accord de Paris. Les 195 délégations l'on conclu le 12 décembre 2015 vers 19h26 UTC+1. Un bon nombre de participants, d’observateurs ainsi que de journalistes ont employé le terme « historique » pour cet accord. Pourquoi ? Parce qu'il s'agit tout simplement du premier accord universel sur le climat. En effet, il engage tous les États-Parties, contrairement au Protocole de Kyoto qui concerne uniquement les pays développés. Laurent Fabius (ministre français des affaires étrangères) qui a présidé la COP21, a vanté l'accord en affirmant que ce dernier était durable, dynamique, équilibré, juste, et juridiquement contraignant. Le président de la COP21 a ainsi conclu par : « C'est un petit marteau mais je pense qu'il peut faire de grandes choses ! »

Concrètement, l’accord de Paris veut limiter le réchauffement planétaire à moins de 2°C, en direction des +1,5 °C, d'ici 2100. Pour cela, l’accord demande l'équilibre entre les capacités d'absorption naturelles de la planète et les émissions anthropiques dans la seconde partie du siècle.

Ce document stipule également que les pays développés ont le devoir d'assister les pays en voie de développement sur le plan financier, sur l’atténuation des émissions des gaz à effet de serre et au niveau de l’adaptation à la hausse de la température globale.

Veuillez patienter...

  En cours de chargement...